2 Comptes rendus de livres par Jacques SCHEUER

Elizabeth J. HARRIS & John O’GRADY (eds), History as a Challenge to Buddhism and Christianity.

Sankt Ottilien, EOS, 2016, 336 p.

Nos lecteurs savent que tous les deux ans un colloque organisé par le Réseau européen d’études bouddhiques et chrétiennes (European Network of Buddhist-Christian Studies) rassemble des universitaires et des chercheurs de ces deux traditions. En 2013, la rencontre (à Drongen, en Belgique) avait pour thème les défis que la conscience historique moderne et les méthodes critiques des sciences humaines représentent pour les chrétiens (depuis déjà deux ou trois siècles) et pour les bouddhistes (plus récemment).

Les exposés se distribuent en cinq étapes, traitées chaque fois par un bouddhiste et par un chrétien : 1) la place et la signification de l’histoire dans les conceptions bouddhique et chrétienne de la libération ou du salut ; 2) les débats à propos du rapport entre le Jésus de l’histoire et le Christ de la foi, ainsi que la façon dont cette problématique a souvent guidé les perceptions occidentales de Gautama le Bouddha ; 3) les développements de l’historiographie à partir de l’exemple du N.T., d’une part, et du bouddhisme tibétain, de l’autre ; 4) la mémoire douloureuse : comment bouddhistes et chrétiens peuvent reconnaître les dérives et violences présentes dans leurs histoires respectives ainsi que les justifications qu’elles ont produites (le cas du récent conflit entre bouddhistes et hindous au Sri Lanka est ici l’objet d’une analyse particulièrement fouillée) ; 5) s’ouvrir à la conscience historique et à l’étude critique de l’histoire permet de relativiser les clivages et divisions internes (par ex. Petit Véhicule / Grand Véhicule, ou Catholiques / Protestants).

Conclusion de ce riche dossier : le défi de la conscience historique invite chacun à davantage de modestie, d’honnêteté et de rigueur ; il est aussi l’occasion de chercher ensemble comment penser et vivre en bouddhiste ou en chrétien aujourd’hui.

Signalons que le colloque de 2015 (à Sankt Ottilien, près de Munich) a étudié l’état des relations entre bouddhistes et chrétiens dans différents pays d’Asie ; la prochaine rencontre (à Montserrat, en Catalogne, du 29 juin au 3 juillet 2017) se penchera sur le thème de la méditation (voir www.buddhist-christian-studies-europe.net ).

 

 

Jacques Scheuer

**********************************************************************************************************************************************************************************************************************

Luc MAUGER, Chez les ermites bouddhistes.

Paris, Imago, 2016, 173 p., 20 €.

 

Les travaux de doctorat aboutissent le plus souvent à des publications savantes mais austères. Fruit de recherches doctorales en anthropologie à l’Université de Louvain-la-Neuve, le livre de Luc Mauger se lit comme un roman d’aventures. Si la grande majorité des moines bouddhistes vivent en communauté, dans de petits monastères de village ou de prestigieuses institutions dans les capitales, quelques-uns choisissent de mener une existence solitaire et peuvent être considérés comme des ermites. L’auteur a choisi la Thaïlande pour explorer cet aspect fort peu connu du bouddhisme de la « Voie des Anciens » (Theravâda). Les dix petits chapitres de ce livre sont autant de portraits de moines au profil très divers : les uns épris de silence et de solitude, d’autres assumant tant bien que mal un passé familial éprouvant ou un tempérament peu sociable.

Se basant sur d’abondantes notes confiées au jour le jour à ses carnets de bord d’anthropologue, l’auteur décrit ses séjours dans des ermitages perdus dans la forêt, dans la montagne ou en marge de quelque zone rurale écartée. Avec une vive attention au détail concret et révélateur, avec humour aussi, il raconte ses prises de contact avec ces solitaires, les confidences qu’il reçoit sur leur parcours et leurs motivations, le déroulement de la routine quotidienne, les pratiques ascétiques et la méditation, les contacts avec les laïcs pour la tournée quotidienne d’offrandes ou pour l’enseignement, les interprétations du message du Bouddha et de la règle monastique, mais aussi les croyances et pratiques véhiculées par la religiosité populaire. Les portraits ainsi dessinés lors de ces rencontres permettent aussi, sans enfreindre la discrétion, de se faire cependant une idée des difficultés matérielles de ce mode d’existence et surtout de ses épreuves au plan psychologique et spirituel.

D’un ermitage à l’autre, le lecteur accompagne Luc Mauger dans ses pérégrinations « à la découverte d’êtres humains hors du commun ». Très lisible, sans technicité – les notions et les termes sont expliqués en termes simples – ce récit d’enquête permet de découvrir un pan méconnu du monde bouddhiste de l’Asie du Sud-Est.

Jacques Scheuer